L’œcuménisme

Image qui représente un cercle de personnes dans l'unité
L’unité faire la force

Aujourd’hui et non pas demain pour se réjouir de l’œcuménisme, non comme un élément facultatif mais une responsabilité qui engage les Églises dans ce déplacement depuis cinquante ans de nos frontières ecclésiales.

Sur le terrain des entraides, de l’ACAT, de la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, dans le soutien mutuel pour les Églises persécutés, par les échanges de chaires, les études bibliques partagées, les projets de « l’Église verte », les célébrations communes, l’œcuménisme a pris place « aujourd’hui et non pas demain » dans le paysage chrétien, sur le lieu de nos paroisses, à travers les nombreuses rencontres qu’il suscite.

Il revient à chacun de poursuivre l’effort mais aussi le sentiment de veiller et devoir veiller les uns sur les autres.

Une communauté chrétienne de soutien et d’encouragements

A la tendance du repli sur soi, nous devons répondre par le déploiement d’une communauté chrétienne de soutien, d’encouragements à fortifier notre témoignage œcuménique à l’écoute de l’Évangile.

Dans la diversité et la singularité de chacune des Églises, par la richesse de nos traditions, au regard de l’histoire, comme l’enseigne l’ISEO, Institut Supérieur d’Études Œcuméniques, poursuivons les chemins vers l’unité en relevant les défis principaux de l’œcuménisme.

L’œcuménisme à Mérignac : une histoire, un avenir

L’œcuménisme a pris son essor au temple de Mérignac en 2007. C’était au cours de la marche de l’ACAT qui part de St Augustin, passe au temple de Mérignac, puis continue jusqu’à St Vincent. Plusieurs paroissiens ont sympathisé avec des catholiques de l’ACAT. C’était le début du rapprochement de nos deux communautés.

En 2013, un groupe de plusieurs personnes sont parties en retraite spirituelle dans la communauté œcuménique de Taizé et y ont appris à se connaître ; ce groupe œcuménique a vécu le séjour de Taizé avec une grande intensité.

Au même moment Vincent Garros (prêtre de l’église de St Augustin) et Marc Labarthe (pasteur du temple de Mérignac) ont fait connaissance, ont beaucoup sympathisé et ont décidé d’organiser ensemble des prières de Taizé ainsi que des rencontres.

groupe de musiciens au temple de MérignacEt à partir de là sont nées nos prières de Taizé qui se sont rythmées comme nous les connaissons maintenant, avec une alternance « chez les protestants, puis chez les catholiques » entre le mois d’octobre et le mois de juillet.

Nous commençons donc au temple de Mérignac pour la première prière de Taizé en octobre (prière pour la création) ou novembre puis en décembre (entrée dans le temps de l’Avent).

Nous nous retrouvons ensuite pour fêter ensemble un Nouvel An « pas comme d’habitude » à l’église Ste Bernadette à Mérignac-Arlac. Cela commence par un repas partagé où chacun apporte quelque chose, suivi d’un temps de prière. À minuit, nous échangeons nos vœux autour d’un partage de boissons chaudes et de quelques douceurs faites « maison ».

En janvier, pour la semaine de prière pour l’unité des chrétiens, nous nous retrouvons « chez les catholiques » à St Augustin le dimanche, pour une célébration œcuménique. Une grande place est donnée aux enfants, participants actifs de cette célébration. Nous partageons un repas et nous continuons l’après-midi autour d’un débat sur un thème différent chaque année.

Enfin, nous nous retrouvons au temple de Mérignac « chez les protestants » pour notre dernière rencontre, un dimanche au début du mois de juillet. La journée commence par un temps de chants et prières, puis un repas vient clore cette année de retrouvailles dans la joie et le plaisir de vivre notre engagement spirituel d’un même élan.

Consulter l’agenda œcuménique

Partager